Contenus numériques consultables dans leur intégralité au sein de la Médiathèque de l'Ircam

oeuvre(s) musicale(s)

Œuvre de
  • Patricia Alessandrini (compositeur)
Participants
  • Alain Billard (clarinette)
  • Pierre Strauch (violoncelle)
  • Dimitri Vassilakis (piano)
  • Soliste de l'Ensemble Intercontemporain

Comme certains de mes travaux récents, ce Trio est une « relecture », ici une relecture du Trio à cordes d’Arnold Schœnberg. Connaissant les circonstances de l’écriture de cette œuvre (Schoenberg y décrit son expérience de la mort clinique et son retour à la vie), j’ai considéré le Trio comme un exorcisme de la peur, car il contient des passages d’une nature dérangeante, voire violente. Sur le plan de la composition, ce Trio partage plusieurs éléments avec son modèle : des modes de jeu poussés et impliquant souvent du bruit, une diversité des matériaux presque éclectique à l’intérieur d’une structure globale rigoureuse, et des contrastes du registre, le tout se déroulant dans une forme similaire (trois mouvements avec deux interludes, joués en continu) très compressée. Dans cette contemplation de l’original, chaque geste a sa résonance : la résonance naturelle du piano est mise en évidence par l’amplification et l’utilisation de la troisième pédale, la clarinette joue sur les cordes du piano afin de créer une résonance sympathique, et une résonance artificielle est créée pour le violoncelle à l’aide du traitement en temps réel, ce qui engendre l’illusion des cordes sympathiques.

La pièce est dédiée aux Solistes de l’Ensemble Intercontemporain, avec mes remerciements à Ivan Fedele, Armand Angster, Thierry Perrout, Lorenzo Bianchi, Hans Tutchku, Eric Daubresse, Marion Burais et toute l’équipe d’Acanthes.