This media is available only inside Ircam library.

Atelier / Formation
  • Cours Cursus/Atiam
  • Oct. 7, 2015
  • Ircam
Participants
  • Jean-Claude Risset (compositeur, conférencier)

Après un bref rappel du contexte de la création musicale au XXème siècle (musique de notes/de son; musique concrète/électronique), j’expliquera l’usage que j’ai fait de l’ordinateur pour ma musique, en articulant ma présentation en quatre parties :

Synthèse numérique des sons : perception auditive, illusions, simulacres et, composition du son
La synthèse numérique permet en principe de définif n’importe quel son pouvant émaner d’un haut-parleur, avec précision et reproductibilité, en spécifiant la structure physique du son voulu: mais la perception auditive a des modalités spécifiques, comme le démontrent les illusions auditives. L’imitation des instruments acoustiques est plus difficile qu’on ne le pense. La synthèse permet de composer le son lui-même, et de le transformer intimement avec une extrême ductilité. mais il faut se soucier de lui donner vie et identité. On en donnera des exemples tirés de Little Boy, Mutations, Songes.

Traitement numérique des sons
L’usage de sons quelconques numérisés ouvre une palette sonore très vaste, mais il est plus difficile de les transformer intimement. C’est cependant possible à l'aide de processus comme le codage prédicitf, les transformations de Gabor ou en ondelettes. On peut ainsi rapprocher le traitement (héritier de la musique concrète) de la synthèse (qui prolonge la musique électronique). Illustration avec Sud et Invisible Irène.

Rencontre entre sons acoustiques et numériques
Les sons acoustiques ont une contrepartie dans le monde réel: on peut voir et toucher les corps sonores vibrants. Il n'en est pas de même pour les sons de synthèse, dont l'identité est moins robuste et plus susceptible de mutation. Ces deux mondes peuvent se rencontrer, ce qui donne lieu à une théâtralité musicale. Exemples tirés de Dialogues, Pässages, L’autre face, Voilements

Composition et interprétation; interaction temps réel piano-ordinateur.
Le composition assurant la réalisation sonore de sa partition assume aussi la responsabilité d'interprète et de luthier. Des études récentes explicitent les corrélats de l'expressivité ans l'exécution. Dans une composition interactive en temps réel, on peut faire dépendre la musique elle-même de l'interprétation. On expliquera les processus d'interaction mis en oeuvre dans les "Duos pour un pianiste", dans lesquels le pianiste est "accompagné" par un ordinateur ajoutant sur le même piano acoustique Disklavier une partie dépendant de ce que le pianiste joue et de la façon dont il joue - à la façon d'un partenaire virtuel sensible et virtuose.

Jean-Claude Risset : utilisation de l'ordinateur dans ma musique cours ATIAM/Cusus

From the same archive