Contenus numériques consultables dans leur intégralité au sein de la Médiathèque de l'Ircam

Œuvre de
  • Florent Caron Darras (compositeur)
Participants
  • Nicolas Arsenijevic (saxophone baryton)
  • Simone Conforti (encadrement pédagogique Ircam)
  • Hae-Sun Kang (encadrement pédagogique Ircam)
  • Thierry De Mey (compositeur associé au cursus)
  • Florent Caron Darras (réalisateur informatique musicale)

À l’interface du biologique et de l’artificiel, le « technotope » désigne cet espace extérieur que nous partageons par l’usage et la définition commune d’une technologie.
D’après cette nouvelle dimension donnée à l’espace social par l’intégration du cyberespace, j’ai voulu proposer une interprétation sonore de l’origine humaine des cybermondes, ces lieux virtuels tant fantasmés que concrets, tant invisibles que réels.
Ainsi, les entités sonores produites par le saxophone au début de la pièce allaient trouver une étrange prolongation dans leur traitement électronique, jusqu’à l’ouverture d’un espace, en se déployant progressivement dans la salle. Comme étape intermédiaire, le son traité et altéré du saxophone allait quant à lui devoir passer le relai à des sons totalement synthétiques, en lesquels résiderait l’idée d’une faune et d’une flore tant autonomes qu’imaginaires : d’un biotope artificiel.
Par extension sonore puis par expansion spatiale, cette pièce propose une symbolisation du transhumanisme par une « transorganologie », c’est-à-dire par une organicité partagée entre le sauvage et l’artifice. De l’émergence à l’immersion, et non loin des univers picturaux de Pancho Quilici, c’est la présence d’un espace ordinairement fantôme que le son veut ici porter.
Florent Caron Darras

Soirée du Cursus

From the same archive