• Saison 2017-2018 - None - None > Michel Imberty : la psychologie de la musique au-delà des sciences cognitives
  • April 10, 2018
  • Ircam
  • Program note: Michel Imberty
Participants
  • Claudia Mauléon (conférencier)

It has been proposed that music nds its genesis in «the musicality of human motor beha- viors”, a general capacity developed as a consequence of the evolution to bipedal locomo- tion (Merker, 2000; Cross, 2003; Mithen, 2006). The core idea of this approach is to link the genesis of human communication with the motor faculties in such a way that non-verbal and emotional aspects are included within the forms of interpersonal communication (Rizzolatti y Arib, 1998; Trevarthen, 2000; Arib 2005; Gallesse, 2003).
We discuss these and other ndings that —on a sub-personal level— explore the biological bases which underlie the notions of a linear time and an intersubjective self (Damasio 1994, 1999, 2010; Metzinger 2003a).
The concepts of transmodal mapping and sensory-motor simulation are essential to explain the human capacity for empathy, by which we are able to feel in our own body-mind the dynamic patterns of another individual’s experience. Daniel Stern (2004) in his concept of vitality affects has captured the way in which the stimuli that impact our nervous system determine an activation contour which is transposed phenomenologically in a ‘contour of feelings’ giving an affective tone to the experience. In this way the experiences of time, intensity and form in movement are transposed into an affective meaning (Metzinger 2004; Trevarthen, 2000; Stern, 2004). On the psychological level, intersubjectivity is the aptitude to share an experience in its qualitative aspects.
On the basis of these notions, the processes that allows the emergence of a narrative and intentional self are exposed.
Music as an Experience of Time
The subjective experiences of time and the contours of vitality affects in uence the expe- rience of a musical work. Imberty (1977, 2005) points out that the experience of a musical work is based on a dual experience of time, one of a chronological or linear course and ano- ther time of the present moment. Both experiences converge allowing the consciousness to grasp overall the temporal schemes through which the piece progresses. This psycho- logical organization of musical events is what Michel Imberty calls the macro-structure of the musical work. Imberty proposes that such a structuring is possible thanks to the existence of dynamic vectors within the macro structure. These vectors are constituted by perceptually salient features in the sound and are similar to the contours of vitality affects proposed by D. Stern.
The concepts proposed by Imberty and its relationships with the notions of simulation, intersubjectivity and intentionality are explored in this section.

Michel Imberty : la psychologie de la musique au-delà des sciences cognitives - 1er jour

Si les travaux de Michel Imberty dans le domaine de la psychologie cognitive de la musique sont connus (Entendre la musique, 1979, Les écritures du temps, 1981), ils ne s’inscrivent dans les courants comportementalistes et structuralistes de l’époque que d’une manière particulière et partielle. Dans ces ouvrages comme dans les nombreux articles qui suivront, progressivement se dégagent deux thèmes interdisciplinaires et surtout une position épistémologique plus proche de celle de l’anthropologie ou de l’ethnomusicologie, position qu’on pourrait qualifier de phénoménologique. Ces deux thèmes sont d’une part la temporalité et /ou le temps musical – le plus ancien dans sa réflexion - , la nature et l’origine de la musicalité humaine d’autre part, concept central développé parallèlement dans l’ouvrage de 2005, La musique creuse le temps. Or c’est aussi dans cet ouvrage que la position phénoménologique du chercheur est affirmée, car la réflexion sur le temps musical pose non seulement des problèmes de cognition au sens classique, mais des problèmes de sens et de signification qui étaient déjà la matière des deux premiers ouvrages. Le sens pose la question de l’intentionnalité, et on ne peut travailler sur la musique – comme sur toute œuvre humaine – sans s’interroger à la fois sur les conduites (du compositeur, de l’exécutant-interprète, de l’auditeur), et sur le sens que ces conduites ont pour ceux qui en sont les actants intentionnels. Plus encore, on ne peut le faire sans s’interroger sur le sens que tout cela prend pour le chercheur lui-même, le sens qu’il donne à sa recherche par rapport à ce que les sujets qu’il interroge en perçoivent eux-mêmes.

En interrogeant la musique à travers un large champ de recherche, qui va des théories psychanalytiques au bouclage du temps dans un parcours « proto-narratif » tel que la biologie contemporaine en relève les traces dans le fonctionnement cérébral, Michel Imberty a ouvert un espace considérable à l'interprétation des faits musicaux, et ses écrits interrogent aussi bien le musicologue et l'analyste de la musique que le psychologue ou le philosophe qui s'intéresse à la manière dont l'être humain donne sens à la temporalité. Ce colloque, intitulé « Michel Imberty, la psychologie de la musique au delà des sciences cognitives » se propose d’accueillir les contributions de chercheurs qui ont été à un moment ou à un autre de leur parcours, marqués par cette pensée qui fait entendre le fait musical sous un angle radicalement renouvelé.

From the same archive

Introduction 14:20

Table ronde 01:13:13